09 octobre 2012

Bref, je suis allée en boîte à Moscou – épisode I

Vous me pardonnerez, je saute du coq à l’âne. Enfin, dans le cas présent, de l’âme à la coke.

Et en passant, petit clin d’œil à la série ‘Bref,…’ (que vous pouvez regarder gratuitement ici), parce que c’est trop con et donc, trop bon.

 

Bref, en 2010, je travaillais à Moscou. Je m’entendais bien avec un petit groupe de collègues de mon âge. Alors un soir, on a décidé de fêter ensemble un événement tellement important que je ne me souviens plus ce que c’était.

On est allés fêter « ça » dans un restau où on a picolé comme des trous entre deux amuse-gueules. Quand le restau a fermé, on a décidé d’aller dans un bar pour continuer à boire à tire-larigot. A un moment, un collègue aussi bourré que tous les autres a dit : « Bon, on va en boîte ? ». On a tous entendu : « Bon, on va poursuivre notre biturage ailleurs ? ». Alors on a tous crié : « OUAIIIIIIIIIIS ! ».

On a quitté le bar. On a hélé deux taxis dans la rue. Ils nous ont emmenés jusqu’à la discothèque. Je ne me rappelle plus de son nom ni de son emplacement parce que j’étais déjà un peu pétée comme un coing. Mais je me souviens qu’on a continué à fêter « ça » avec mes collègues.

Il y en a un qui a offert une tournée de B-52. Alors j’ai bu un B-52. On a dansé 10 minutes.

Un autre collègue a offert une tournée de whisky-coca. Alors j’ai bu un whisky-coca. On est retournés danser.

Et encore un autre collègue a offert une tournée de vodka-Red Bull. Alors j’ai bu une vodka-Red Bull.

Et à partir de là, mes souvenirs sont confus.

J’ai dansé. Je suis allée aux toilettes. J’ai re-dansé.

J’ai re-bu quelque chose. Je suis retournée aux toilettes.

Mais là, dans les toilettes des femmes, il y avait un mec. Alors, je suis retournée à la porte pour vérifier que j’étais bien rentrée dans les toilettes des femmes. Le mec s’est marré.

Il m’a dit : « Bonsoir ». J’ai répondu « Bonsoir ». Mais ça devait sonner comme « Blonsouaire ».

Alors le mec m’a demandé : « Pourquoi tu parles comme ça ? ». Je lui ai dit : « J’ai trop bu. Et je suis Française. ». Il m’a dit : « Ah ben moi, je suis Tchétchène. ». J’ai dit : « Ah. ».

Et puis il a demandé : « Tu vas faire quoi aux toilettes ? Pipi ou caca ? ». Je n’ai rien répondu. Par contre, j’ai dessaoulé d’un coup.

Et alors il a dit : « Moi je vais sniffer de la coke ».

J’ai regardé le mec. Il m’a regardée. Je suis sortie précipitamment des toilettes pour femmes.

Bref, je suis allée en boîte à Moscou.

 

Après ce petit passage sur la glauquitude et la vie nocturne moscovites, je tenais à préciser pour les sceptiques et les dubitatifs que toutes les historiettes que je raconte ici me sont vraiment arrivées. Même si j’ai beaucoup d’imagination, des trucs pareils, je ne suis pas capable de les inventer…

Démoulé par cayou à l'heure indue de 23:27 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

Les réactions déjà catapultées au sujet de cet article :

    Ça malheureusement, je ne doute pas ma chère Cayou que, malgré ton imagination, tu n'aies rien inventé de ces glauquitudes !!!
    Ah bravo pour les cocktails détonants !!!
    Heu, il y avait apparemment un autre genre de coke-tail aux toilettes.
    Je dirais bien qu'une fois de plus tu l'as échappé belle.
    Ce que j'ai du mal à concevoir, c'est ton dessaoulage immédiat.
    Comment se fait-ce ?
    La peur, l'adrénaline auraient réussi à juguler les effets conjugués de tout ce que tu as ingurgité......... ?
    Etonnant !
    A moins que tu n'aies eu une faille temporelle.....
    En tout cas, on a quitté le 3ème degré, pour se rapprocher du 90ème (comme l'alcool du même nom)....
    Je n'ose même pas penser à quel point tu étais "imbibée"....
    Hum !!!!
    Je note que tu n'as pas mentionné de date pour cet épisode... Esprit trop brumeux ?
    A moins que ce ne soit la faille temporelle dont je parlais ci-dessus....
    Mais passer des Yeux noirs à des expressions comme "beurrée comme un coing", ouille, c'est plus que le grand écart, on change de dimension, là !!!
    Pas que les yeux qui étaient noirs, sur ce coup !

    Catapulté par Glorieuse G....., le 10 octobre 2012 sur les coups de 16:05
  • Pour les cocktails detonnants, tu croyais vraiment que j'etais un enfant de choeur ou bien ?

    Le dessoulage immediat, c'est parce que quand on te sors une telle absurdite, ca te remet efficacement les pieds sur terre.

    Bah, l'imbibation de ce soir-la, ca n'est pas le pire cas de ce que j'ai connu en Russie...

    Pour la date, c'est rajoute.

    Et le passage des yeux noirs a ca, pourquoi tu crois que j'ai parle de passer du coq a l'ane en debut de note ?

    Catapulté par cayou, le 12 octobre 2012 sur les coups de 02:10
  • Pas grand chose à répondre.... Tu as toujours raison, c'est bien connu !!!!!!
    .............
    sauf évidemment lorsqu'il arrive de manière absolument évènementielle et exceptionnelle que tu aies tort....................hé hé

    Catapulté par Glorieuse G....., le 12 octobre 2012 sur les coups de 09:44
  • Eh bien dans ce cas exceptionnel, se reporter a la regle No1.

    Catapulté par cayou, le 13 octobre 2012 sur les coups de 15:50
  • Et c'est quoi la règle n°1 ?
    Une grossièreté qui m'aura échappé.....???? (lol)

    Catapulté par Glorieuse G....., le 13 octobre 2012 sur les coups de 22:41
  • Regle No1 : cayou a toujours raison.

    Catapulté par cayou, le 17 octobre 2012 sur les coups de 15:31
  • Bien sûr !!!! Evidemment, comment ais-je pu ne pas y penser !!!!

    Règle N°2 : Respecter scrupuleusement la règle N°1 ( de toutes façons, vous n'aurez jamais raison face à Cayou )

    Catapulté par Glorieuse G....., le 17 octobre 2012 sur les coups de 15:42

Pour catapulter une réaction à cet article