08 octobre 2012

Les yeux noirs

Parce que l’humour n’est pas tout et que le monde ne tourne pas autour de mon nombril, parce qu’un peu de beauté dans ce monde de brutes ne fait pas de mal et qu’un moment en musique ne mange pas de pain, aujourd’hui, je change de mon registre habituel pour un intermède plus poétique qu’à l’accoutumée avec « Les yeux noirs », que vous connaissez peut-être au demeurant. Si ce n’est pas le cas, nous allons ensemble réparer cette grossière omission.

« Les yeux noirs », ce sont des vers composés il y a 169 ans par un poète ukrainien pour sa femme, la mélodie d’une valse d’un compositeur allemand peu connu, l’arrangement d’un musicien qui donnera sa première forme à cette chanson il y a 128 ans, des paroles remaniées par un chanteur d’opéra russe en l’honneur de sa propre femme au 19e siècle pour donner une romance russe ancienne qui traverse déjà son troisième siècle en transmettant en musique l’amour intemporel qu’un homme peut avoir pour une femme… Un joyau à connaître.

Le texte original

Hrebinka_YevhenOn le doit à l’écrivain et poète romantique ukrainien Yevhen Pavlovych Hrebinka (translittération de l’ukrainien) ou, en translittération du russe, Evgueniy Pavlovitch Grebyonka (1812 -1848) qui l’avait écrit en 1843 en l’honneur des yeux de sa femme Maria Vassilyevna Rostenberg ( ? - 1894).

 

Plus d’information sur Evgueniy Grebyonka : http://fr.wikipedia.org/wiki/Yevhen_Hrebinka

Version originale de Evgueniy Grebyonka

Очи чёрные, очи страстные,

Очи жгучие и прекрасные!

Как люблю я вас, как боюсь я вас!

Знать, увидел вас я в недобрый час!

Les yeux noirs, les yeux passionnés,

Les yeux ardents et beaux !

Comme je vous aime, comme j'ai peur de vous !

Je sais, je ne vous ai pas vus au bon moment !

Ох, недаром вы глубины темней!

Вижу траур в вас по душе моей,

Вижу пламя в вас я победное:

Сожжено на нём сердце бедное.

Oh, non sans raison vous êtes plus sombres que les profondeurs   !

Je vois le deuil en vous pour mon âme,

Je vois une flamme victorieuse en vous:

Dans laquelle se consume mon pauvre cœur.

Но не грустен я, не печален я,

Утешительна мне судьба моя:

Всё, что лучшего в жизни Бог дал нам,

В жертву отдал я огневым глазам!

Mais je ne suis pas triste, je n’ai pas de chagrin,

Consolé que je suis par mon destin:

Tout ce qu’il y a de meilleur dans la vie, Dieu nous   l’a donné,

Je l'ai sacrifié à ces yeux de feu !

Le texte remanié

Chalyapine_1893Fyodor Ivanovitch Chalyapine (1873-1938) chanteur d’opéra (basse) et acteur russe est encore considéré comme l’un des plus brillants interprètes de « Les yeux noirs ». C’est également lui qui a modifié les paroles originales en l’honneur de sa propre femme.

 

Plus d’information sur Fyodor Chalyapine :  http://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%A9dor_Chaliapine

Version remaniée par Fyodor Chalyapine

Очи чёрные, очи жгучие,

Очи страстные и прекрасные!

Как люблю я вас! Как боюсь я вас!

Знать, увидел вас я не в добрый час!

Les yeux noirs, les yeux passionnés,

Les yeux ardents et beaux !

Comme je vous aime, comme j'ai peur de vous !

Je sais, je ne vous ai pas vus au bon moment !

Очи чёрные, жгуче пламенны!

И манят они в страны дальние,

Где царит любовь, где царит покой,

Где страданья нет, где вражде запрет!

Les yeux noirs, plus brulants que les flammes !

Et ils vous attirent vers des pays lointains,

Où règne l’amour, où règne le calme,

Où il n’y a pas de souffrance, où la haine est interdite.

Не встречал бы вас, не страдал бы так,

Я бы прожил жизнь улыбаючись.

Вы сгубили меня, очи чёрные,

Унесли навек моё счастье.

Si je ne vous avais pas rencontrés, je ne souffrirai pas ainsi,

J’aurais vécu ma vie en souriant.

Vous m’avez détruit, les yeux noirs,

Emporté pour toujours mon bonheur.

Очи чёрные, очи жгучие,

Очи страстные и прекрасные.

Вы сгубили меня, очи страстные,

Унесли навек моё счастье…

Les yeux noirs, les yeux passionnés,

Les yeux ardents et beaux !

Vous m’avez détruit, les yeux ardents,

Emporté pour toujours mon bonheur.

Очи чёрные, очи жгучие,

Очи страстные и прекрасные!

Как люблю я вас! Как боюсь я вас!

Знать, увидел вас я не в добрый час!

Les yeux noirs, les yeux passionnés,

Les yeux ardents et beaux !

Comme je vous aime, comme j'ai peur de vous !

Je sais, je ne vous ai pas vus au bon moment !

Un enregistrement de la chanson « Les yeux noirs » chantée par Fyodor Chalyapine : http://www.youtube.com/watch?v=IiV1wBowp88

La mélodie

Elle aurait été composée par un certain Florian Hermann et était à l’origine, semble-t’il, une valse intitulée « Valse Hommage ». Cette valse aurait ensuite été arrangée par Serguey Gerdel, de son vrai nom Sofus Gerdal, pour devenir la mélodie que nous connaissons de la romance « Les yeux noirs », sortie pour la première fois avec son texte en 1884. Ces informations sont néanmoins difficiles à vérifier vu que peu de documentation est disponible sur Florian Hermann et Sofus Gerdal.

La version au piano de ce qui serait donc la valse originale, par Alexander Zlatkovski : http://www.youtube.com/watch?v=Djfsotg9NAc&feature=related

« Les yeux noirs » au cinéma

On peut notamment remarquer que cette romance a donné son nom au film italo-soviétique de Nikita Mikhalkov « Les yeux noirs » (1987) : http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Yeux_noirs_(film,_1987)

On notera également que la chanson « Les yeux noirs » est interprétée dans « Les promesses de l’ombre » (« Eastern promises » dans son titre original) de David Cronenberg avec Viggo Mortensen et Vincent Cassel. L’interprétation en est faite dans le film par le chanteur et accordéoniste russe Igor Outkine qui a, entre autres choses, joué dans bande originale de « La vie en rose ».

Démoulé par cayou à l'heure indue de 23:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

Les réactions déjà catapultées au sujet de cet article :

    Très intéressante étude sur "Les yeux noirs".

    Je suis heureuse, ma chère Cayou, de pouvoir te dire que je possède un CD intitulé "Chants russes" (acheté il y a bien longtemps je ne sais où), avec Dmitri Hvorostovsky et l'orchestre folklorique russe Ossipov dirigé par Nikolai Kalinin et enregistré à la salle Bolchoï du Conservatoire de Moscou en juin 1991.
    "Les yeux noirs" y figurent et je vais m'empresser de réécouter ce titre....

    PS :
    J'ai d'ailleurs une traduction un peu différente de la tienne, mais évidemment dans le même esprit :

    Yeux noirs, yeux ardents,
    Yeux merveilleux, pleins de passion
    Comme je vous aime ! Comme je vous crains !
    Il semble que je vous ai vus pour mon malheur !
    Yeux noirs, scintillant avec ardeur !
    Ils font signe à des pays lointains
    Où règne l'amour, où règne la paix,
    Où la souffrance est inconnue, où l'hostilité est interdite.
    Si je ne vous avais pas rencontrés, je n'aurais pas connu un tel amour,
    Et j'aurais vécu ma vie heureux.
    Vous avez été ma perte, yeux noirs,
    Vous avez mis fin pour toujours à mon bonheur.

    Le chanteur écrit :
    (un extrait)
    "Les airs que j'ai choisis sont, je crois, véritablement russes : plusieurs sont mélancoliques, d'autres sont d'une douceur amère, avec cette sorte d'ironie qui contrebalance l'aspect sentimental. Il y en a deux que j'ai décidé de chanter tout seul, en hommage à Chaliapine, mais à ma manière....."

    Catapulté par Glorieuse G....., le 09 octobre 2012 sur les coups de 15:35
  • Merci !

    Ben, c'est cool que tu aies un CD de chants russes. Marrant aussi, parce que je ne me rappelle pas l'avoir vu mais peu importe.

    Quant a la traduction, c'est normal qu'elle soit differente. D'une part, parce qu'il n'existe jamais une seule facon de traduire un texte et d'autre part, parce que notamment dans les traductions de chansons, il y en a qui sont faites de telles facons que le texte traduit soit chantable sur le meme air que la chanson originale, la traduction en est generalement un peu modifiee du coup.

    Catapulté par cayou, le 10 octobre 2012 sur les coups de 01:30
  • Je viens d'écouter mon CD de chants russes, "Les yeux noirs" est vraiment le chant le plus connu ( d'ailleurs, sur la pochette, est mentionné "inclus Ochi chornie, Les yeux noirs" )
    Le chanteur, Dmitri Hvorostovsky, est né à Krasnoïarsk.

    Comme autres chants, que tu connais peut-être (?), il y a :
    - Karabejniki (Les camelots)
    - Vdol' pa ulitse (La tempête de neige)
    - Mashe (Masha)
    - Prash'aj radast (Adieu bonheur)
    - Kamarinskaya (musique seule ....)
    - Ah ty dushechka (Petit amour)
    - Vyhazu adin (Je pars seul sur la route)
    - Plyaska (de Valery Andreyev, musique seule...)
    - Elegia (Elegie)
    - O, jesli b mog ja vyrazit'v zvuke (Oh, si seulement)
    - Ochi chornyje (Les yeux noirs)
    - Lipa (de Pavel Kulikov, Le tilleul, musique seule, très douce)
    - Ne adna vo pole daroshka (Pas un seul chemin)
    - Nochen'ka (La nuit)
    - Jamsh'ik (Le cocher)

    Pfffou, quel exercice difficile, que d'écrire tout ça, mais peut-être vas-tu retrouver des titres oubliés....

    Catapulté par Glorieuse G....., le 10 octobre 2012 sur les coups de 15:48
  • Tiens, Krasnoyarsk, je connais cette ville...

    Pour les chansons, oui, effectivement, pas mal de classiques. Et certaines chansons que je ne connais pas.

    Catapulté par cayou, le 12 octobre 2012 sur les coups de 02:07

Pour catapulter une réaction à cet article